La petite Russie, de Francis Desharnais, sera mis à l’honneur lors de la deuxième édition de l’initiative « Une ville, un livre »

Fière d’être ville de littérature UNESCO et forte du succès de la première édition en 2019, Québec récidive en présentant une seconde édition d’Une ville, un livre (One city, one book), une initiative rassembleuse qui vise à encourager les citoyens et citoyennes à lire un même livre, à en discuter et à découvrir la littérature d’ici. À la suite du vote du public, le titre qui sera mis à l’honneur est La petite Russie de Francis Desharnais (Pow Pow, 2018). Toutes les activités entourant cette nomination seront connues le 2 mars 2020. D’ici là, la population est invitée à lire cette bande dessinée et à se laisser transporter dans l’Abitibi des années 40 à 60.

La petite Russie faisait partie des quatre titres finalistes sélectionnés par le milieu littéraire de Québec avec Shuni de Naomi Fontaine, Saint-Jambe de Alice Guéricolas Gagné et Françoise en dernier de Daniel Grenier. La bande dessinée a récolté le plus grand nombre de votes de la part du public. Elle succède ainsi au roman Les chars meurent aussi de Marie-Renée Lavoie, qui avait été mis à l’honneur l’an dernier, lors de la première édition de l’initiative à Québec.

La petite Russie : une histoire belle et vaste comme l’Abitibi*
Écrit par un auteur de Québec et publié il y a moins de trois ans, le livre a été sélectionné pour ses qualités littéraires, son potentiel à rejoindre un large lectorat et l’universalité des thèmes qu’il aborde – attraits que son succès au vote populaire vient confirmer. L’adaptation en bande dessinée du livre de son grand-père constitue le projet le plus ambitieux de son auteur, Francis Desharnais. Il a su trouver le juste dosage d’historicité et d’humanité pour en faire une œuvre tout à la fois touchante et révélatrice d’un épisode méconnu de notre histoire. Depuis sa publication, La petite Russie collectionne les prix et les éloges.

C’est une histoire de la colonisation de l’Abitibi. Un portrait d’hommes et de femmes qui ont tout quitté pour aller s’installer dans le Nord. Le récit d’un petit village qui s’appelle Guyenne. Sauf que Guyenne n’est pas une paroisse comme les autres. C’est une coopérative. Le bois que tu coupes là ne t’appartient pas et la coop garde 50 % de ton salaire pour financer le développement de la colonie. Dans le coin, il y en a qui appellent cet endroit, « la petite Russie ». C’est là que Marcel et Antoinette [les grands-parents de l’auteur] vont vivre durant vingt ans. 

Francis Desharnais, l’auteur
Francis Desharnais est un auteur de bande dessinée de Québec. Avant La petite Russie, paru en 2018, il a entre autres publié La guerre des artsLes chroniques d’une fille indigne et Burquette. En plus de ses onze bandes dessinées, il a aussi réalisé des courts-métrages pour l’Office national du film (ONF) et participé à plusieurs spectacles intégrant le dessin aux arts de la scène. Il réside actuellement dans Limoilou.

Participer à Une ville, un livre  
Plusieurs activités en lien avec le livre mis à l’honneur auront lieu au cours du mois de mars 2020. Toutes les informations sur le livre élu en 2020 de même que la programmation de la seconde édition seront dévoilées le 2 mars sur le site www.unevilleunlivre.ca.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s