Le Québec et le Canada en force cette année au 50e Festival international de la BD d’Angoulême

Avec la mise à l’honneur de l’auteure et artiste Julie Doucet, la présence de plus de 30 bédéistes québécois.es et canadien.ne.s et de nombreux intervenants, la bande dessinée d’ici rayonnera comme jamais cette année au 50e Festival international de la bande dessinée d’Angoulême (FIBD).

Présenté du 26 au 29 janvier, le plus grand festival européen consacré au 9e art, et l’une des plus importantes manifestations du genre au monde, accueillera également, pour cette présentation anniversaire, un espace dédié à la ville de Québec et au Québec, lié au réseau des Villes créatives de littérature de l’UNESCO, et deux stands du Canada, dont un au Marché international des droits. Plusieurs des auteur.e.s québécois.es et canadien.ne.s prendront également part à la généreuse programmation proposée, lors de tables rondes, de rencontres, d’ateliers et d’expositions. 

« Il va sans dire : cette présence québécoise et canadienne sans précédent montre bien la force de l’essor continu qu’a la BD d’ici à l’échelle mondiale, grâce au rayonnement grandissant de ses auteur.e.s et éditeurs, autant qu’aux nombreuses collaborations tissés au fil des années. Nous espérons que cette présence à Angoulême saura marquer les esprits et contribuer elle aussi à la diffusion de notre bande dessinée », indique Thomas-Louis Côté, directeur général de Québec BD. L’organisme basé à Québec est fier d’avoir pu collaborer avec de nombreux partenaires à la mise en place de cette présence marquée pour le 9e art d’ici.

La ville de Québec et le Québec s’affichent à Angoulême
À l’invitation de la Ville d’Angoulême, Ville créative de littérature de l’UNESCO au même titre que Québec, la capitale nationale sera à l’honneur cette année avec l’Espace Québec. Situé au Pavillon d’Angoulême, cet espace permettra de mettre de l’avant le 9e art québécois avec une belle programmation et la présence de plusieurs auteur.e.s. Madame Catherine Vallières-Roland, membre du comité exécutif responsable de la culture à la Ville de Québec et mairesse suppléante, sera d’ailleurs sur place à cette occasion et participera à de nombreuses rencontres avec des organismes de la ville de Nouvelle-Aquitaine et des délégations internationales présentes.  

Deux expositions seront présentées dans l’Espace Québec, soit 20 Visages de la BD à Québec, mettant à l’honneur une sélection de bédéistes de la région de la Capitale-Nationale, et Le temps d’un poème, une rencontre créative entre l’art des mots de la poésie et l’art séquentiel de la bande dessinée.

Deux expériences numériques issues de Québec attendent également les visiteurs au Pavillon d’Angoulême. En plus de PopUp Limoilou, une expérience de réalité virtuelle illustrée sur l’histoire du quartier Limoilou, s’ajoute la présentation en primeur d’Une planche autour du monde, un nouveau projet de bande dessinée en réalité augmentée développée par Québec BD et le CIMMI avec des auteur.e.s provenant de plusieurs villes littéraires de l’UNESCO à travers le monde. À ceci s’ajoute des ateliers d’animation avec des auteur.e.s de la Capitale, des projections et un espace librairie qui permettra au public de découvrir notre 9e art plus largement et rencontrer des auteur.e.s en dédicace. 

Des prix à surveiller
Des œuvres québécoises sont aussi en lice pour obtenir un prix lors de la remise des Fauves du FIBD. En effet, l’album Poisson à pattes (Pow Pow) de Blonk, se retrouve nommé à deux reprises, soit dans Sélection officielle et dans la Sélection Fauve des Lycéens. Sophie Bédard, autrice de Félixe et la maison qui marchait la nuit (La Ville brûle) est quant à elle dans la Sélection jeunesse. Les éditions de la Pastèque pourraient également se démarquer avec l’album La petite évasion, des autrices européennes Marzena Sowa et Dorothée de Monfreid. Finalement, les auteur.e.s Anne-Marie Saint-Cerny et Christian Quesnel présideront le jury de l’Éco-Fauve Raja, prix qu’ils ont remporté l’an dernier pour Mégantic : Un train dans la nuit (Écosociété).

Soulignons également qu’en marge du FIBD, l’auteur franco-québécois Jean-Louis Tripp recevra le Prix du Jury des BDGest’Arts, remis par le site BDGest, pour son album Le petit frère (Casterman). 

Le Festival international de la bande dessinée d’Angoulême
Fondé en 1974, le Festival international de la bande dessinée d’Angoulême est devenu au fil des ans le plus important festival de BD en Europe et l’un des plus renommés dans le monde. Pour sa 50e présentation, cet évènement incontournable rassemblera, du 26 au 29 janvier 2023, plus de 350 exposants, 2500 auteur.e.s provenant de 35 pays, 900 journalistes d’Europe, une foule de professionnels du monde entier et une riche programmation.

La longue marche des dindes, Prix Jeunesse de la Critique ACBD 2022

L’Association des critiques et journalistes de bande dessinée a le plaisir de décerner son Prix Jeunesse ACBD de la critique 2022 à : La longue marche des dindes, de Léonie Bischoff et Kathleen Karr, publié par les éditions Rue de Sèvres.

Il succède à l’album Ours de Ben Queen et Joe Todd-Stanton, publié par les éditions Kinaye, primé en 2021.

Simon, orphelin, n’est pas très doué pour l’école. Astucieux, il monte un plan malin pour gagner de quoi vivre. Il achète des dindes dans son petit village pour les revendre plus chères à Denver. Il traverse les États-Unis et affronte les dangers propres à ce voyage. Il est accompagné d’un charretier ivrogne, d’un esclave en fuite, d’une jeune fille mystérieuse, et de ses… mille dindes !

Après sa superbe biographie dessinée de l’écrivaine américaine Anaïs Nin sur la mer des mensonges, Léonie Bischoff s’est attelée à l’adaptation du roman jeunesse de Kathleen Karr (L’École des loisirs, 1999). De son trait ici plus classique, différent de celui de son livre précédent, elle magnifie cette épopée américaine sur fond de glouglous.

e Prix Jeunesse ACBD 2022 a été remis le samedi 3 décembre 2022 à 17h30 dans le Salon du Comptoir des auteurs au Salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil. 

L’ensemble des adhérents de l’ACBD ont élu l’album lauréat parmi ces cinq titres jeunesse afin de « soutenir et mettre en valeur, dans un esprit de découverte, un livre de bande dessinée, publié en langue française, à forte exigence narrative et graphique, marquant par sa puissance, son originalité, la nouveauté de son propos ou des moyens que l’auteur ou l’autrice y déploie ».

La couleur des choses, Grand Prix de la Critique ACBD 2023

Au terme d’un ultime tour de scrutin, l’Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée a le plaisir de décerner son Grand Prix de la critique ACBD 2023 à La couleur des choses, de Martin Panchaud, publié par les Éditions çà et là.

Ce livre bouscule nos habitudes de lecture de bandes dessinées. De simples pastilles de couleurs deviennent de vrais personnages avec lesquels les lectrices et les lecteurs entrent en empathie. Des plans isométriques se changent en décors d’aventure pour faire naître le cadre du récit. Chacune et chacun se fera son image des principaux personnages, mais tous partageront une expérience de lecture unique que les membres de l’ACBD ont souhaité récompenser.
C’est l’occasion aussi de mettre en avant le pari éditorial pris par Serge Ewenczyk des Éditions çà et là, pour la publication de cet album initialement sorti en langue allemande (Die Farbe der Dinge) en 2020, chez Edition Moderne.

Succédant à René.e aux bois dormants d’Elene Usdin, publié aux éditions Sarbacane, Grand Prix 2022, La couleur des choses a été choisi par les membres de l’ACBD parmi les cinq titres de leur dernière sélection établie en novembre.

Le Grand Prix de la critique ACBD 2023 sera remis le jeudi 26 janvier 2023 à 12h30, dans le hall du musée de la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image d’Angoulême.