L’ACBD présente ses 10 indispensables de l’été 2021

Toute l’année, les journalistes de l’Association des critiques et journalistes de Bande Dessinée (ACBD) ont la chance de lire des milliers d’albums… et souhaitent faciliter l’orientation des lecteurs parmi la masse des nouveautés. Pour vous aider à choisir les BD que vous emporterez en vacances, voici par ordre alphabétique les 10 titres qui ont le plus retenu leur attention ces derniers mois :

  • 1984, de Xavier Coste, d’après George Orwell (Sarbacane)
  • Les Amants d’Hérouville : une histoire vraie, de Romain Ronzeau, Yann Le Quellec et Thomas Cadène (Delcourt)
  • Blanc autour, de Stéphane Fert et Wilfrid Lupano (Dargaud)
  • Dessiner encore, de Coco (Les Arènes BD)
  • Fourmies la rouge, d’Alex W. Inker (Sarbacane)
  • Jours de sable, d’Aimée de Jongh (Dargaud)
  • Mademoiselle Baudelaire, de Yslaire (Dupuis)
  • Mégafauna, de Nicolas Puzenat (Sarbacane)
  • Oleg, de Frederik Peeters (Atrabile)
  • Sur un air de fado, de Nicolas Barral (Dargaud)

À partir de la liste de toutes les nouveautés bande dessinée parues entre le 1er novembre 2020 et le 6 juin 2021 (2700 titres), les 96 membres actifs de l’ACBD ont choisi, chacun, 10 albums qui leur ont semblé incontournables. Cette liste est le résultat de leur vote.

Beau succès pour le 34e Festival Québec BD

Après avoir fait le pari de présenter cette année un événement en ligne, fédérateur et sur une période étendue de deux mois, Québec BD estime pouvoir dire mission accomplie.

Du 9 avril au 13 juin, le 34e Festival Québec BD a su proposer une riche programmation presque exclusivement axée sur le 9e art québécois et ses artisans. Plus de quatre-vingt activités et rendez-vous étaient offerts, ainsi que sept expositions, présentées en virtuel ou en réel. Vingt-cinq séances de dédicace virtuelles, impliquant treize librairies québécoises, ont également permis d’offrir des rencontres entre les auteur.es et des lecteurs et lectrices provenant des quatre coins du Québec et même de la Californie. En plus de divers artistes et musiciens, c’est soixante-quinze auteur.es qui ont pris part aux diverses activités. Au total, avec les programmations hebdomadaires, c’est près de 40 heures de contenus originaux qui ont été offerts sur les diverses plateformes du festival, cumulant près de 30 000 visionnements à ce jour. 

« Ateliers, rencontres, discussions et rendez-vous ludiques ont permis à Québec BD de rejoindre un large public et d’offrir des contenus qui sauront être consultés bien après la fin de cette 34e présentation », affirme Thomas-Louis Côté, directeur de l’événement. « Bien que nous ayons déjà hâte de présenter un événement en personne en avril prochain, certains éléments virtuels reviendront assurément, car il y a une demande si l’on voit les nombreux commentaires positifs reçus de gens qui ne peuvent pas nécessairement venir à notre festival habituellement ou qui, même, ont peu accès à des activités littéraires dans leur région. »  

Pour voir ou revoir les éléments marquants de la programmation du 34e Festival Québec BD, visitez le site de Québec BD, sa chaîne YouTube ou sa page partenaire sur La Fabrique Culturelle.

Les gagnants de l’édition 2021 des Prix Bédéis Causa

Pour une deuxième année, Québec BD a présenté en ligne sa traditionnelle remise des Prix Bédéis Causa, qui soulignent depuis 34 ans maintenant l’excellence des oeuvres d’auteur.es de bande dessinée. Diffusée sur Facebook et Youtube, la cérémonie fut l’occasion pour l’organisation d’accueillir des invités de marque pour présenter les huit prix qui ont été décernés. « À défaut d’accueillir les gens au Musée de la civilisation, comme à l’habitude, nous avons profité du contexte pour offrir quelques surprises aux spectateurs en invitant des personnalités à se joindre à nous pour l’occasion », souligne Thomas-Louis Côté, directeur de Québec BD. 

Animé par Raymond Poirier, l’événement a débuté avec la remise du Prix Jacques-Hurtubise. Accompagné d’une bourse de 1 000 $, offerte par la Librairie Pantoute, cette récompense cherche à encourager la relève et la publication d’œuvres en autoédition. C’est à Hélène Fleury et Pierre Huet, piliers du magazine CROC, qu’est revenu le plaisir de remettre le prix à Frédéric-Vivianne Auln, pour son projet Le livre des morts 2.0. 

Le Prix Maurice-Petitdidier, décerné à un coup de cœur du jury pour un album francophone publié à l’étranger fut remis cette année à Mathieu Bablet, pour l’album Carbone et silicium (Ankama), par l’auteur-compositeur et interprète Tire le Coyote.

Soulignant un coup de cœur du jury pour un album francophone issu d’une traduction le Prix Roberto-Wilson a été remis par l’humoriste et comédien Stéphane Rousseau. Basé sur des faits réels et offrant un récit fort et intelligent, c’est l’album L’Accident de chasse (Sonatine), de Landis Blair et David L. Carlson, qui s’est distingué cette année dans cette catégorie.

Décerné au meilleur album jeunesse de langue française publié au Québec dans la dernière année, le Prix Yvette-Lapointe a été décerné à Cathon, pour son très beau livre Mimose et Sam T3: Mission hibernation (Comme des géants). Pour remettre le prix, l’organisation a invité l’humoriste Arnaud Soly, qui s’est distingué cette année au Gala Les Olivier.

Le jury est vraiment tombé sous le charme du tout premier album d’Audrey Beaulé, La vingt (Mécanique générale), et lui a remis le Prix Réal-Fillion soulignant l’auteur.e canadien s’étant le plus illustré avec une première publication francophone professionnelle. L’annonce de la lauréate a été faite par la comédienne Guylaine Tremblay. 

Grand amateur de bande dessinée, le chanteur et comédien Stéphane Archambault a remis avec grand plaisir le Prix Albéric-Bourgeois à une œuvre qu’il avait particulièrement appréciée, La bombe (Glénat), dessinée par l’auteur québécois Denis Rodier, sur un scénario d’Alcante et Laurent-Frédéric Bollée. Cet album, qui a déjà reçu plusieurs reconnaissances en Europe, remporte ainsi le titre de meilleur album de langue française publié à l’étranger par un auteur canadien. 

Le Grand prix de la ville de Québec, qui souligne le meilleur album de langue française publié au Québec, a été décerné cette année à un album qui aborde d’une manière originale un sujet délicat : l’histoire du suicide au Québec. Vous avez détruit la beauté du monde (Moelle Graphik), des chercheurs Isabelle Perreault, André Cellard et Patrice Corriveau et de l’auteur Christian Quesnel, s’est distingué par le traitement sensible et audacieux avec lequel ils ont abordé ce thème souvent tabou. Remportant une bourse de 1 000 $, offerte pour la première fois cette année par BROUILLARD, les lauréats ont été dévoilés par le maire de Québec, monsieur Régis Labeaume, sous les traits d’un lipsynch de la comédienne Ariel Charest.  

La soirée s’est terminée avec la remise du Prix Albert-Chartier, décerné par Québec BD en hommage à un individu ou un organisme ayant marqué le monde de la bande dessinée québécoise. C’est à l’auteure et artiste Julie Doucet que sont revenus les honneurs cette année. Figure marquante de la bande dessinée alternative, Julie Doucet a obtenu une reconnaissance internationale avec des œuvres comme Dirty Plotte (Drawn and Quarterly), My Most Secret Desire (Drawn and Quarterly) et Changement d’adresses (L’Association). « Malheureusement méconnue du grand public, c’est une des auteures les plus importantes de la bande dessinée québécoise et assurément une créatrice qui est considérée par beaucoup comme une référence, ici et à l’étranger», souligne Thomas-Louis Côté. Simon Bossé (auteur et fondateur de Mille Putois), Chris Oliveros et Tracy Hurren (Drawn & Quarterly), Matti Hagelberg (auteur) et John Porcellino (auteur) étaient présents pour l’occasion afin de lui rendre hommage. 

Rappelons que la présentation des prix Bédéis Causa porte sur les albums publiés entre le 1er janvier et le 31 décembre 2020. La sélection des finalistes et des lauréats a été effectuée par un jury composé de Raymond Poirier (CKRL 89.1 et Magazine Le Clap), Marco Duchesne et Émilie Roy-Brière (Librairie Pantoute), Jérôme Vermette (Librairie La Liberté), Stéphane Gravel (Danslabulle.ca), Julie Collin (Julie lit au lit) et Gisèle Nadeau (Bibliothèque de Québec). 

Visionner la 34e Remise des prix Bédéis Causa >