«La Bombe», Prix de la critique ACBD de la bande dessinée québécoise 2020

L’ACBD, l’Association des critiques et journalistes de bande dessinée, a le plaisir de décerner le Prix de la critique ACBD de la bande dessinée québécoise 2020 à « La Bombe », du dessinateur québécois Denis Rodier et des scénaristes Didier Alcante et Laurent-Frédéric Bollée, édité chez Glénat. 

Par ce Prix, l’ACBD souhaite ainsi reconnaître le travail exceptionnel du Québécois Denis Rodier dans la réalisation des 441 planches de l’album, aux côtés d’un scénario solide et richement documenté du Belge Didier Alcante et du Français Laurent-Frédéric Bollée. Le dessinateur y offre « un travail en noir et blanc achevé, appuyé sur une mise en scène variée et dynamique, qui se place au service d’un récit historique, scientifique et politique dans lequel se trouve également une grande humanité ».

« La Bombe » a été choisie par un vote des adhérents de l’ACBD (96 membres actifs) parmi l’ensemble des bandes dessinées réalisées par un auteur ou une autrice québécois.e et publiées entre le 1er juillet 2019 et le 30 juin 2020. Les trois autres ouvrages finalistes étaient « Le Projet Shiatsung » de Brigitte Archambault, « Paul à la maison » de Michel Rabagliati (La Pastèque) et « C’est comme ça que je disparais » de Mirion Malle (Éditions Pow Pow / La Ville brûle). 

Les prix de l’ACBD ont pour ambition de « soutenir et mettre en valeur, dans un esprit de découverte, des livres de bande dessinée, publiés en langue française, à forte exigence narrative et graphique, marquants par leur puissance, leur originalité, la nouveauté de leur propos ou des moyens que les auteurs et autrices y déploient ».

Les finalistes du 6ème Prix de la critique ACBD de la bande dessinée québécoise

L’Association des critiques et journalistes de bande dessinée (ACBD) a le plaisir de dévoiler aujourd’hui les quatre albums finalistes pour le Prix de la critique ACBD de la bande dessinée québécoise 2020, retardé en raison de la situation liée à la COVID-19, :

  • La Bombe de Denis Rodier, Laurent-Frédéric Bollée et Didier Alcante (Glénat)
  • C’est comme ça que je disparais » de Mirion Malle (Éditions Pow Pow / La ville brûle)
  • Paul à la maison de Michel Rabagliati (La Pastèque)
  • Le Projet Shiatsung de Brigitte Archambault (Mécanique générale)

Ces quatre titres ont été sélectionnés par les membres du comité de sélection du Prix de la critique ACBD de la bande dessinée québécoise 2020 parmi les nombreux ouvrages de bande dessinée réalisés par des auteurs ou autrice résidant au Québec, et publiés entre le 1er juillet 2019 et le 30 juin 2020.

Après le vote de l’ensemble des adhérents de l’association, le lauréat ou la lauréate du 6e Prix de la critique ACBD de la bande dessinée québécoise (BDQ) sera dévoilé au début du mois de janvier 2021 par communiqué de presse. En raison de la situation actuelle, le prix sera remis en main propre au récipiendaire à une date ultérieure.

Le Prix de la critique ACBD de la bande dessinée québécoise assure une reconnaissance internationale francophone annuelle pour la BDQ. Il vise à mettre en avant la créativité, la diversité et la richesse de la BDQ au-delà des frontières du Québec.

Il a également pour ambition, au même titre que le Grand prix de la critique ACBD, de «soutenir et mettre en valeur, dans un esprit de découverte, un livre de bande dessinée, publié en langue française, à forte exigence narrative et graphique, marquant par sa puissance, son originalité, la nouveauté de son propos ou des moyens que l’auteur y déploie».

L’ACBD compte 96 membres actifs qui parlent régulièrement de bande dessinée dans les médias dans l’espace francophone européen et québécois.

Le roi des oiseaux, Prix Jeunesse ACBD 2020

L’ACBD, l’Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée, a l’honneur de décerner son Prix Jeunesse ACBD 2020 au Roi des oiseaux par Alexandre Utkin (éd. Gallimard BD).

Il succède au Fils de l’Ursari de Cyrille Pomès et Xavier-Laurent Petit, lauréat 2019.

Le Roi des Oiseaux est une fable animalière trépidante, menée pied au plancher, qui mêle éléments du folklore russe et scènes d’action magnifiques. Un récit construit à la manière des poupées gigognes (matriochkas), et superbement dessiné avec un trait rappelant le pastel. Son point de départ, une pomme d’or (et de discorde), génère une guerre animalière. On embarque ensuite, avec un marchand russe, pour un périple vertigineux. Un album (très) recommandable aux lecteurs jeunes et moins jeunes.

Les autres titres sélectionnés étaient :

  • Sous les arbres, tome 2, Le Frisson de l’hiver par Dav (éd. de la Gouttière)
  • Superman écrase le Klan par Yang Gene Luen Yang et Gurihiru (éd. Urban Kids)
  • Les Vacances de Nor par Maria Surducan et Ileana Surducan (éd. Les Aventuriers de l’Etrange)
  • Wooly, la guerre des voisins par Benjamin Gérard et Olivier Tichit (éd. Clair de lune)

L’ensemble des adhérents de l’ACBD ont élu le lauréat parmi ces cinq titres jeunesse afin de « soutenir et mettre en valeur, dans un esprit de découverte, un livre de bande dessinée, publié en langue française, à forte exigence narrative et graphique, marquant par sa puissance, son originalité, la nouveauté de son propos ou des moyens que l’auteur ou l’autrice y déploie ».