Les 5 titres en compétition pour le prix jeunesse de la Critique ACBD 2022

Le comité de sélection du Prix Jeunesse de la Critique ACBD s’est réuni pour proposer cinq titres en compétition pour cette année. Parmi ces derniers, tous les adhérents sont invités à voter pour le Prix ACBD Jeunesse 2022 qui succèdera à Ours de Ben Queen et Joe Todd-Stanton (Kinaye), Prix ACBD Jeunesse de l’année passée.

Les membres du comité de sélection ont retenu les titres suivants :

  • Ana et L’Entremonde par Marc Dubuisson et Cy. (Glénat)
  • Cœurs de ferraille de Munuera et Beka (Dupuis)
  • Le Silence de l’ombre de Xavier Bétaucourt et Elodie Garcia (Jungle)
  • Seizième Printemps de Yunbo (Delcourt)
  • La longue marche des dindes de Léonie Bischoff et Kathleen Karr (Rue de Sèvres)

L’annonce de ces cinq titres fera l’objet d’un communiqué et d’une annonce au moment du Festival BD BOUM à Blois samedi 19 novembre 2022. Le prix sera remis le samedi 3 décembre 2022 pendant le Salon du livre et de la presse Jeunesse de Montreuil. L’horaire sera précisé ultérieurement.
Soyez les bienvenus pour féliciter la lauréate ou le lauréat !

Nous vous rappelons que ce prix vise à « soutenir et mettre en valeur, dans un esprit de découverte, un livre de bande dessinée, publié en langue française, à forte exigence narrative et graphique, marquant par sa puissance, son originalité, la nouveauté de son propos ou des moyens que l’auteur y déploie. »

Prix Comics de la Critique ACBD 2022: victoire de Monstres

Pour la quatrième année consécutive, l’Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée récompense une bande dessinée issue d’un pays de culture anglophone et adaptée en français par un éditeur francophone.

Le Prix Comics de la Critique ACBD 2022 est remis à Monstres, écrit et dessiné par Barry Windsor-Smith, publié aux États-Unis par Fantagraphics et adapté en version française par les éditions Delcourt dans la collection Outsiders, sur une traduction de Marc Duveau. Il succède à Coda de Simon Spurrier et Matias Bergara.

Dernière œuvre d’un artiste qui a marqué la pop-culture autant que l’industrie du comic-book, Monstres se révèle brillamment à la croisée des chemins entre le comic-book de super-héros et le comic-book indépendant. Véritable performance graphique digne des meilleurs illustrateurs-graveurs, cet album est autant une claque graphique qu’une puissance émotionnelle et intellectuelle.

Les quatre autres titres en compétition étaient :

  • Beta Ray Bill, de Daniel Warren Johnson, traduit par Benjamin Viette (Panini Comics)
  • Raptor, de Dave McKean, traduit par Sidonie Van Den Dries (Futuropolis)
  • Saison de sang, de Simon Spurrier et Matias Bergara, traduit par Philippe Touboul (Dupuis)
  • Toutes les morts de Laila Starr, de Ram V et Filipe Andrade, traduit par Benjamin Rivière (Urban Comics)

Pour la seconde fois, le prix Comics ACBD de la Critique sera remis en présentiel pendant le festival Quai des Bulles de Saint-Malo, le samedi 8 octobre 2022.

Le Pavillon de la BD à l’Espace 400e : une riche programmation pour la période estivale!

Avec l’arrivée de l’été, le Pavillon de la BD se déploie dorénavant dans trois salles de l’Espace 400e et propose dès maintenant aux visiteur.se.s quatre nouvelles expositions. Historiques, ludiques ou plus artistiques, les huit expositions maintenant en place sont présentées jusqu’au 21 août prochain et sauront permettre au public de découvrir différents visages du 9e art québécois et international.   

Avec la programmation estivale développée par Québec BD, le public pourra explorer l’évolution du 9e art d’ici avec 25 moments importants de la BD québécoise, une exposition qui a été présentée à plusieurs endroits dans le monde et qui revient ici agrémentée de planches originales de différentes époques. Dans la même salle, Odibi : voyage dans l’histoire anicinabe de Lac Simon, présentée en collaboration avec les Éditions Hannenorak, raconte, à partir d’entrevues et de témoignages recueillis par le groupe Miaji, cette communauté d’Abitibi-Témiscamingue souvent absente des livres d’histoire. Les visiteur.se.s pourront aussi découvrir une rencontre créative entre l’art des mots de la poésie et l’art séquentiel de la bande dessinée avec Le temps d’un poème. Finalement, les plus jeunes pourront découvrir dans Dans le monde de Guiby un héros pas ordinaire qui est prêt à faire ce qu’il faut pour que les méchants ne gagnent pas. 

Ces expositions viennent s’ajouter à celles qui habitent déjà le Pavillon de la BD depuis avril dernier, soit Les Coulisses de l’animation, consacrée aux archives du studio Belvision et de ses films tirés des grandes séries franco-belges, l’exposition italienne Drawing Dante : la Divine Comédie (ré)imaginée par la bande dessinée et l’illustration, l’exposition BD vs Manga, développée par Lyon BD et l’auteur Gregdizer, ainsi qu’une exposition sur le très bel album René Lévesque : Quelque chose comme un grand homme, publié chez l’éditeur de Québec Moelle Graphik. 

Vernissage et lecture publique de Laura Doyle Péan le 18 juin
Afin de découvrir les nouvelles expositions, le public est invité, ce samedi 18 juin, à une journée de vernissage. En lien avec l’exposition Le temps d’un poème, Québec BD propose dès 10h30 une lecture publique du recueil de poésie Cœur Yoyo (Mémoire d’encrier, 2020), par son auteur.e, Laura Doyle Péan. Les visiteur.se.s auront également l’occasion d’essayer le jeu vidéo littéraire Les frères Miller et les jeunes pourront mettre en couleur leurs personnages préférés de BD.  Des croissants et du café seront servis dès 10h.  

L’accès au Pavillon de la BD est gratuit et l’espace est ouvert les mercredi, jeudi, samedi et dimanche, de 10 h à 17 h, et le vendredi, de 10 h à 20 h. L’Espace 400e est situé au 100, Quai Saint-André, à Québec.

Centre d’exposition éphémère, le Pavillon de la BD a été développé par Québec BD et fait suite aux volontés de la Ville de Québec d’animer l’Espace 400e avec des initiatives culturelles.