Rêvons nos rivières: exposition à saveur BD sur le pont Dorchester, à Québec

Quatre grandes rivières sillonnent le territoire de la ville de Québec : du Cap Rouge, Saint-Charles, Beauport et Montmorency.

Au cours des 20 dernières années, la Ville de Québec a mis beaucoup d’efforts sur l’amélioration de la qualité de l’eau de ses cours d’eau. Ce faisant, les rivières et leurs abords sont devenus des espaces attrayants pour les citoyens qui aiment les fréquenter.

Une démarche de mise en valeur de ces rivières est en cours afin de permettre de redécouvrir la faune et la flore et la diversité culturelle de chacune d’elle. Des aménagements se réalisent progressivement dans le cadre d’une vision sur 20 ans qui permettra de se réapproprier ces milieux de vie tout en veillant à leur protection.

C’est dans cet esprit que Québec BD a lancé l’exposition Rêvons nos rivières, qui est présentée actuellement sur le pont Dorchester, entre Saint-Roch et le Vieux-Limoilou.

Cette exposition propose au visiteur de découvrir des œuvres originales de quatre auteur.e.s de bande dessinée qui se sont inspiré de textes inédits sur les rivières de Québec. Une façon originale d’explorer les liens qui unissent notre imaginaire aux rivières de Québec. Au menu de cette exposition de Québec BD, présentée en collaboration avec la Maison de la littérature, des créations de Jimmy Beaulieu, Cathon, Francis Desharnais et Richard Vallerand, inspirées des textes de Christiane Vadnais, Serge Bouchard, Yolaine et Jean Désy.

Pour plus d’informations sur l’exposition

Photos courtoisie de Québec BD.

La ville d’après – regard croisé en BD sur le futur urbain d’après COVID-19

Dans le cadre de 2020 – Année de la Bande dessinée, en France, la ville d’Angoulême lance un grand concours international de bande dessinée en association avec les Villes créative de l’UNESCO en littérature.  Membre du réseau depuis 2017, la Ville de Québec se joint à l’initiative en invitant les auteurs et autrices de bande dessinée du Québec à soumettre leurs candidatures. À gagner : une bourse de 2 000 $ et le plaisir de voir son œuvre présentée dans l’exposition qui résultera du concours. Un ou une des candidat(e)s retenus, provenant des différentes villes participantes, se verra également invité, en janvier 2021, au prochain Festival international de la bande dessinée d’Angoulême pour l’inauguration de l’exposition.

Avec comme thème «La ville d’après», et sous le parrainage de Dany Laferrière, ce concours est présenté en partenariat avec la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image, le Festival international de la bande dessinée d’Angoulême, l’Ecole urbaine de Lyon et, au Québec, avec Québec BD.

Contexte

La pandémie de COVID-19 éprouve durement l’ensemble de la communauté humaine sur tous les continents. À présent, il appartient à tous de réinventer notre futur, pour une humanité plus harmonieuse avec elle-même et avec notre planète.

Par son thème, ce concours souhaite stimuler toutes les utopies et faire appel à toutes les sensibilités et les cultures du monde pour faire surgir de nouveaux futurs pour les villes qui abritent aujourd’hui plus de 55 % de la population mondiale.

Objectif

Créer une œuvre originale d’une ou deux planches présentant la vision utopique de « la ville d’après », en ayant comme point d’ancrage la Ville de Québec. La « ville d’après » pourra être abordée par tous les angles : utopie ou dystopie, angle documentaire ou imaginaire, science-fiction, récit de l’intime ou humour – tout est ouvert. Le cadre lui-même est laissé à la libre appréciation des participant(e)s : grand paysage urbain ou intérieurs individuels, projets architecturaux ou aménagements paysagers – tout est possible.

Ce concours international permettra de valoriser la créativité en bande dessinée des différentes villes créatives, et partager une réflexion collective sur le devenir de nos villes au regard de l’expérience planétaire du COVID-19 et des nombreux questionnements soulevés par cette crise.

Modalités

Les artistes participant au concours devront produire une histoire complète, en une à deux planches, couleurs ou noir et blanc. En cas de dialogues ou de texte, une annexe avec la traduction du texte en langue anglaise devra être fournie par les artistes. Les dossiers de candidature, comprenant les coordonnées complètes du candidat, devront être acheminés par courriel au info@quebecbd.com, au plus tard le 11 septembre 2020, à 23h59

Une fois expédiées à Québec BD, les oeuvres proposées seront présentées devant un jury qui sélectionnera le ou la lauréat(e) du concours.

Sont éligibles les auteurs et autrices de 18 ans et plus, résidant dans la province du Québec, et ayant publié au minimum une œuvre, en autoédition (papier ou numérique) ou avec un éditeur professionnel.

Pour plus d’informations

Bédéis Causa 2020 : les lauréats dévoilés en ligne

C’est à l’occasion d’une diffusion en direct sur Facebook que le public a pu découvrir cette année les lauréats des 33e Prix Bédéis Causa, remis par Québec BD.

En effet, suite à l’annulation de son festival annuel devant se tenir du 11 au 19 avril dernier, Québec BD a choisi de présenter en ligne la remise de ses prix qui habituellement se déroule au Musée de la civilisation. « C’était important pour nous de remettre nos prix et poursuivre cette tradition dans le milieu du 9e art au Québec. », affirme Thomas-Louis Côté, directeur de Québec BD. « Vu les circonstances, nous avons cherché à élaborer une cérémonie virtuelle rythmée, composée de captations vidéos prises en mode confinement par tous ceux impliqués, afin de dévoiler les gagnants des huit catégories », poursuit-il. Cherchant à récompenser ce qui se fait de mieux en matière de bande dessinée, et plus spécialement celle créée par les auteur.e.s d’ici, la remise des Bédéis Causa est chaque année un événement marquant du Festival Québec BD.

Le premier prix remis lors de la cérémonie fut le Prix Réal-Fillion, décerné à un auteur.e canadien, scénariste et/ou dessinateur, s’étant le plus illustré avec son premier album francophone professionnel. Les honneurs sont revenus cette année à Brigitte Archambault, pour Le Projet Shiatsung (Mécanique générale), une première bande dessinée d’anticipation aboutie et d’une belle maturité, qui ose tant dans les questionnements qu’elle supporte, que dans l’univers visuel proposé.

Décerné au meilleur album de langue française publié à l’étranger par un ou des auteur.e.s canadiens, dessinateurs et/ou scénaristes, le Prix Albéric-Bourgeois fut remis au dessinateur François Miville-Deschênes, pour son album Zaroff (Lombard), créé avec Sylvain Runberg au scénario. Ce faisant, le jury tenait à souligner une exceptionnelle bande dessinée d’action et d’aventure, au scénario enlevant appuyé par un dessin d’une vive qualité.

Rebaptisé cette année en l’honneur du premier auteur de bande dessinée d’origine haïtienne au Québec, le Prix Roberto-Wilson cherche à souligner un coup de cœur du jury pour album publié en français et issu d’une traduction. Cette année, le prix a été décerné à l’album In Waves (Casterman), de l’auteur américain AJ Dungo, une œuvre riche en émotion, véritable hommage à la vie, à l’amour et l’amitié, autant qu’aux moments partagés.

Sélectionné normalement par un jury d’élèves de l’école Les Jeunes du monde, qui n’a malheureusement pas pu se réunir suite à la fermeture de l’établissement, le Prix Yvette-Lapointe a été choisi cette année par le jury des Bédéis Cauda. Décerné au meilleur album jeunesse de langue française publié par des auteur.es canadiens, le prix a été remis à Pascal Colrpon et Jocelyn Boisvert pour l’album Mort et déterré T. 1 (Dupuis), une bande dessinée jeunesse qui sait passer entre rire et larme, entre légèreté et questions fondamentales, portée à la fois par un scénario et un dessin solides.

Coup de cœur du jury pour album francophone publié à l’étranger par des auteur.es non canadiens, le Prix Maurice-Petitdidier a été remis à un album qui offre une relecture originale et surprenante de l’univers du plus célèbre des détectives privés, soit Dans la tête de Sherlock Holmes (Ankama), de Cyril Lieron et Benoît Dahan.

À nouveau, Québec BD a remis le Prix Jacques-Hurtubise, visant à favoriser la nouvelle création et les auteurs émergents au Québec. Ce prix, assorti d’une bourse de 1 000 $ offerte par la Librairie Pantoute, est destiné à aider un.e auteur.e à mener à terme un projet déjà en chantier de publication en autoédition. La lauréate cette année est Sarah Dunlavey, alias Madame Lady, qui s’est démarquée par son beau coup de crayon et la finesse de son humour.

Le Grand prix de la ville de Québec, remis au meilleur album de langue française publié au Québec par des auteur.e.s canadiens, a été décerné cette année à Mélanie Leclerc, pour Contacts (Mécanique générale), un superbe album, entre intime et collectif, un beau regard sur la transmission d’une passion autant que sur l’histoire de notre cinéma documentaire.

Pour clore la cérémonie, Québec BD a remis comme à l’habitude le Prix Albert-Chartier, attribué chaque année à un individu ou organisme ayant marqué le monde de la bande dessinée francophone au Québec. Cette année, l’honneur est revenu à Michel Giguère, pour souligner notamment son travail de médiateur pour le 9e art au Québec et ses 15 ans à la barre des Rendez-vous de la BD de la Bibliothèque de Québec. L’auteur Francis Desharnais lui a rendu un vibrant hommage, soulignant son parcours et l’importance de son travail pour le milieu de la bande dessinée, à Québec et au Québec. « C’est grâce à un travail de fond comme le sien que la bande dessinée québécoise connaît ses plus belles années depuis 15 ans », affirme monsieur Desharnais.

Pour découvrir ou redécouvrir la 33e remise des Prix Bédéis Causa, celle-ci est disponible sur les diverses plateformes numériques du Festival Québec BD. De plus, l’émission La vie en BD, sur les ondes de CKRL 89.1, présentera une émission spéciale ce vendredi 24 avril, à 17h30. Tous les détails se trouvent sur le site Web www.quebecbd.com.

Rappelons que la présentation des Bédéis Causa porte sur les albums publiés entre le 1er janvier et le 31 décembre 2019.

La sélection des finalistes et des lauréats a été effectuée par un jury composé de Raymond Poirier (CKRL 89.1), Marie-Hélène Vaugeois (Librairie Vaugeois), Marco Duchesne (Librairie Pantoute), Jérôme Vermette (Librairie La Liberté), Julie Collin (Julie lit au lit) et Marik Trépanier (Bibliothèque de Québec).